picto finances seances plenieres nouvelle aquitaine

Budget 2020 - Aménagement du territoire - Philippe Rabit

( voir la vidéo )

 J’aurais pour ma part deux observations à formuler.

D’abord une interrogation.  N’aurions-nous pas en Nouvelle Aquitaine, à l’image de ce que nous avons vécu pendant des années avec Mme Royal un Président de Région illusionniste ?

On pourrait légitimement se poser la question.

Car rappelons-nous.  Depuis quelques mois nous approuvons de nombreux règlements d’intervention en matière d’aménagement du territoire, la vulnérabilité,  la revitalisation des centres bourgs et j’en passe. Et puis tout récemment, pièce maitresse de tout ce dispositif, ce fut l’approbation du SRADETT à grand renfort d’affichage et de grandes déclarations d’intentions.

Et là, nous avons vu un Président afficher une ambition forte en matière de planification de l’espace régional, de rééquilibrage des territoires, d’aménagement des infrastructures, de la mobilité, de  l’urbanisme et bien d’autres encore. A tel point que je me suis dit que notre Président de Région était entrain de se transformer en  Olivier Guichard à la mode Aquitaine.

Et puis arrive ce budget. Et là. Je dois avouer qu’après la grande illusion. C’est la grande désillusion.

En effet comment en quelques semaines passer de l’affirmation d’une politique volontariste forte justifiant de moyens financiers conséquents au filet d’eau tiède qu’on nous propose aujourd’hui dans ce BP.

Et là l’ombre d’Olivier Guichard s’estompe et nous nous retrouvons avec une copie sans relief, sans ambition, bref un budget qui ne répond pas aux préoccupations du moment.

Et pourtant n’avez-vous pas comme nous entendu cette colère monter de nos campagnes et de nos quartiers. Cette France des plus fragiles, de ceux qui se sentent déclassés. Une France à deux vitesses et une fracture entre les territoires qu’il fallait corriger. C’était une priorité forte. Une occasion à ne pas manquer.  Malheureusement vous la laisser passer aujourd’hui et nous le regrettons pour tous ces territoires, pour tous ces gens que l’on oublie.   

Car, et c’est ma deuxième observation, l’aménagement du territoire est le parent pauvre et le grand perdant de ce budget.

Sur le fonctionnement les crédits diminuent de 7,8%, de 11 pour l’espace rural et de 36 pour l’habitat alors qu’avant retraitement les dépenses de fonctionnement augmentent de 3,8%.

Et ce n’est pas nouveau. Le trend baissier est constant depuis des années.
Entre 2016 et 2020 les crédits alloués à l’aménagement du territoire baissent de 39%, ceux aux villes moyennes de 96%, à l’espace rural de 28% et à l’habitat de 60%.

Plus important encore ce sont les investissements. Et les grandes orientations du SRADETT s’envolent avec  les feuilles d’automne car les moyens ne suivent pas. Ainsi vous imposez aux autres, à tous les acteurs de terrain dans nos collectivités des obligations que vous ne faites pas vôtres. Bien curieuse manière d’afficher l’exemplarité de la Région.

La politique contractuelle perd plus de 9 millions en 2 ans soit – 36%. Et pourtant nous en avons signé des contrats de redynamisation à grands renforts de communication.

Sur les autres postes, même punition.

L’action territoriale : -21%

Le soutien au monde rural et aux petites communes : - 33%

Les villes moyennes : - 58%

L’espace rural : - 30%

La politique de la ville : - 25%

L’habitat : - 23%

Cette litanie est affligeante et je n’ai même  pas abordé le volet routier.

Ces baisses constantes sont sans appel et vous n’êtes malheureusement pas au rendez-vous.

Car s’il y avait une année où nous devions décider d’un effort particulier sur l’aménagement du territoire pour corriger déséquilibres, fractures, disparition de services publics. S’il y avait une année où nous devions assurer la survie de nos petites communes, renverser la désertification rampante et la ghettoïsation de territoires et de quartiers c’est bien sur cette année car les gens n’en peuvent plus. Et nous ne répondons pas aujourd’hui à l’appel qu’ils nous ont lancé ces derniers mois. C’est à la fois décevant et regrettable.

Ainsi ce volontarisme affiché n’était que de façade et vous comprendrez que nous ne pourrons nous y associer.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir