Motion Sport - Pierre Durand

 
SÉANCE PLÉNIÈRE des 22 et 23 octobre 2018
Motion des groupe LR/CPNT et UDI
Pour allouer au sport un financement à la hauteur des enjeux
(voir la vidéo)

Bien qu’ayant obtenu le 13 septembre 2017 l’organisation à Paris des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, le sport français a connu entre temps, plusieurs évènements marquants lourds de conséquences sur son financement et sur sa gouvernance.

Le projet de loi de finances 2019, prévoit en effet une réduction drastique du budget et des effectifs du ministère des sports. Cette baisse représente 6,2% par rapport à 2018 (retrait de 30 M€) et concerne 1600 ETP.

Déjà, en 2018 le budget du sport avait connu une baisse de 7,1% et le Centre National de Développement du Sport (CNDS) s’était vu amputer de la moitié des fonds lui étant affecté. Au total en deux exercices, le budget du sport aura perdu 13,30% pour être ramené à 451 millions d’euros. Sans parler de la perte des emplois aidés, si précieux au fonctionnement des clubs associatifs.

Le Ministère des sports, au budget le plus pauvre de l’Etat, s’est pourtant vu assigner par l’exécutif, deux objectifs de performance chiffré à « 3 millions de licenciés supplémentaires » et à « 80 médailles aux JO de 2024 ».

Le sport doit bien entendu contribuer à la réduction du déficit public mais en le plaçant ainsi au régime sec, il y a fort à parier qu’aucun des deux objectifs ne sera atteint.

C’est ce que pense l’ensemble du mouvement sportif français et l’association nationale des élus du sport.

Peu habitué aux démonstrations de force, le Comité Nationale Olympique et Sportif a même lancé une pétition « Le Sport Compte » ci-annexée, laquelle engrange chaque jour davantage de signataires (240 224 au 8/10).

Et de s’interroger pourquoi le sport ne récolte-t-il pas les justes bénéfices de ce qu’il rapporte à l’Etat et à la Société ?

Les choix de nos gouvernants actuels semblent confirmer ce que beaucoup redoutent, à savoir que la politique du sport en France se résume prioritairement pour les prochaines années à l’organisation et au financement des JOP de 2024, au détriment des politiques publiques en faveur du sport.
De booster, les Jeux Olympiques deviendraient au final un frein pour le sport en France. Ce serait un gâchis !

Et ce d’autant plus que les Collectivités ne pourront pas se substituer à ce désengagement de l’Etat alors qu’elles assument déjà plus de 80% du financement du sport, conscientes que le sport est un formidable outil au service de tous les segments de la société, par l’insertion, la santé, l’éducation, la mixité, l’inclusion...

Cette motion s’inscrit en soutien de la pétition du CNOSF et de la mobilisation des autres acteurs du sport qui s’alarment de constater année après année, une orientation à la baisse des crédits de l’Etat en faveur du sport.

Dans ces conditions, le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine réuni en séance plénière le lundi 22 octobre 2018,
Demande au Gouvernement et aux parlementaires, alors que le débat budgétaire est en cours, d’allouer au sport un financement à la hauteur des enjeux et de son apport à la société.