picto culture sport seances plenieres nouvelle aquitaine

Soutien aux initiatives de jeunesse - Alexandra Siarri

(voir la vidéo)

Concernant cette nouvelle politique ayant pour objectif de déterminer l’accompagnement régional d’initiatives des structures en faveur des jeunes de 15 à 30 ans et des projets portés par les associations de jeunes, nous avons un
certain nombre de regrets.

  • Les seuls projets locaux à pouvoir bénéficier d’une aide sont ceux qui émaneront du milieu rural. Peut on y ajouter aussi ceux qui émaneront des quartiers urbains politique de la ville ? En effet, la réforme LAMY a déjà divisé par deux le nombre de territoires bénéficiant de budgets dédiés. En outre, la région a baissé de manière substantielle les budgets politiques de la ville (baisse de 10% en investissement entre 2016 et 2017). Donc les budgets de droit commun doivent permettre de flécher ces territoires.
  • On ne voit pas très bien comment des ponts pourront s’établir entre ce dispositif régional et les autres dispositifs locaux, infra régionaux en faveur de la jeunesse alors qu’il le faudrait pour éviter un effet d’empilement d’appel à projets qui nuit à la lisibilité globale de l’action publique en faveur de la jeunesse.
  • On a le sentiment à la lecture de ce règlement qu’il s’adresse à des structures finalement charpentées au moins dans le premier volet laissant peu de place à des initiatives plus modestes mais aussi, peut être, plus créatives? L’expérimentation, l’innovation seront difficiles. La Région devrait profiter de l’étendue de son territoire pour repérer des micro-initiatives sur lesquelles ensuite nous pourrions collectivement capitaliser.
  • En ce qui concerne le soutien aux initiatives des structures de jeunesse: Comment allez-vous évaluer le fonctionnement démocratique notamment la participation de leurs jeunes adhérents? De plus dans les domaines listés, je pense que le développement soutenable et l’environnement en plus d’être un domaine à par entière devrait être transversal à tous les autres. Enfin, il manque selon nous un domaine : celui qui a trait à la lutte contre le décrochage scolaire et contre l’illettrisme sur lesquelles notre Région devrait être en pôle position.
  • Dans la partie évaluation vous notez que « les parties conviennent de se réunir au moins une fois par an afin d’assurer le suivi des projets accompagnés financièrement par la Région ». Il faudrait rajouter que cette rencontre devra se faire avant que l’action ne soit réalisée ou difficile à modifier. Il aurait été intéressant de rajouter dans le premier volet comme au deuxième que le montant global des recettes pourra intégrer les contributions volontaires en nature si elles peuvent être quantifiées.
  • En ce qui concerne le soutien aux projets portés par les associations de jeunes : Il y a sûrement un lien à créer avec uni cité et son programme « rêve et réalise » qui permet à des jeunes de monter des projets.

Nous partageons les remarques de nos collègues de l’UDI sur l’identité des membres du jury.

Question subsidiaire, combien y a-t-il de jeunes de 15 à 30 ans en Nouvelle Aquitaine ?

Nous espérons que ces remarques pourront être prises en compte.

Seul le prononcé fait fo