TER en Nouvelle-Aquitaine : rien ne va plus!

 

picto transports infrastructures seances plenieres nouvelle aquitaine

Alors que le Président de la République annonce une LGV Poitiers-Limoges, alors que le Premier ministre annonce 500 M€ pour acheter des rames TGV qui ne serviront pas, nous examinions aujourd’hui au Conseil Régional de la Nouvelle-Aquitaine, les trois rapports annuels d’activité de la SNCF sur le fonctionnement des TER (Trains Express Régionaux) en Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes*.

  • taux de ponctualité en baisse de 2,5% pour atteindre 87,4% bien loin de l’objectif de 91%
  • taux de suppression pour aléas en hausse de 7% dont 2,4% pour grèves
  • taux de disponibilité moyen du matériel de 82,85% quasi égal à celui de 2014

Certes, pour marquer la dégradation continue du service public la région Aquitaine a gelé l’augmentation de sa contribution à la SNCF, mais la situation des TER est devenue tellement mauvaise qu’il est urgent d’agir notamment dans l’ancienne Région Aquitaine !

Les systèmes Bonus/Malus sont trop faibles et peu dissuasifs pour vraiment faire pression. Les conventions doivent être renégociées.

Face à cette situation alarmante et insupportable pour les usagers, le groupe LR/CPNT a proposé à Alain Rousset par la voix d’Yves d’Amécourt, d’expérimenter l’ouverture à la concurrence, comme l’avait proposé Virginie Calmels pendant la campagne des élections régionales.

Nous proposons l’expérimentation dès 2019 pour être près dès 2023. La renégociation des conventions dans la perspective d’une ouverture à la concurrence nous permettra d’améliorer la qualité de service, d’une part, de diminuer le coût d’autre part (-30%), pour consacrer les moyens ainsi économisés à l’investissement sur les lignes.

Alain Rousset nous a répondu être « ouvert » à cette possibilité.

 *les trois rapports annuels d’activité de la SNCF sur le fonctionnement des TER sont disponibles sur demande.